13 avril 2012

Le casse-briques

L'autre matin, après une nuit perturbée, j'ai eu l'image d'un de ces jeux de casse-briques où le premier coup fait changer de couleur, le deuxième fragilise, et le troisième détruit. 

Mais je ne suis pas une brique.

Nulle autre piste que de vivre ce qui se présente, avec l'attention au corps, à ce qui est humble et subtil. 
Le reste n'existe pas.

ps : merci pour vos mots, et vos intentions, qui me touchent beaucoup.

1 commentaire:

  1. C'est très beau ce que tu dis sur la seule vraie piste…
    Merci.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.