21 novembre 2011

Quand le silence, dense

Quand le silence, dense, ne danse pas,
mes tripes se nouent, je cherche l'inspir,
et c'est l'expir qui dénoue.

Quand le silence, dense, danse,
les cœurs parlent, les corps chantent,
transcendent.

Et là, le silence, dense,
mots qui coulent,
paix qui vient, douce, tranquille,
par delà vallées et collines.

6 commentaires:

  1. Et alors, le silence chante et enchante :-))

    Bizzz yoginesques !

    RépondreSupprimer
  2. Quand le silence dense, danse, je me laisse conduire par ses rythmes feutrés...
    Nicole

    RépondreSupprimer
  3. merci de vos échos dans le silence :-)
    Lise

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.